X

Olé ! parla occitan : la Talvèra souffle ses quarante bougies

Publié le 15 February par la còla del CIRDOC
Une chronique mensuelle pour (re)découvrir la création occitane sous toutes ses formes. Portraits d'artistes, de penseurs ou d'artisans, annonce d'une actualité, présentation d'un courant, d'une pratique ou d'une tendance, le CIRDÒC vous présente sa chronique pour faire rayonner, aujourd'hui et demain, la culture en occitan. 

Lire la chronique sur le site de Olé Mag : ici !

« Es sus la talvèra qu’es la libertat. » (« C’est sur la lisière qu’est la liberté »). Aux mots du romancier Jean Boudou, une petite équipe de passionnés de patrimoine culturel occitan a voulu répondre par les actes. A Cordes-sur-Ciel, dans les collines tarnaises, au beau milieu d’un décor médiéval, existe une association qui fait parler d’elle au-delà toute frontière départementale : la Talvera. 
A la fois centre de documentation et groupe de musique, la Talvera met le fruit de ses recherches en pratique, de bal en bal, sans oublier que toute démarche scientifique s’appuie sur une prise de conscience active. Entre transmission et création, donc, l’association est devenue une véritable référence. En atteste son catalogue. Des sorties discographiques, des recueils de collectages, des actes de colloques ou des ouvrages à destination du jeune public : il s’agit ici de s’intéresser à tout ce qui touche au patrimoine local. Contes et légendes, histoires et chansons, mais aussi figures emblématiques et métiers disparus, du mont Lozère jusqu’aux plaines héraultaises en passant par le Rouergue, la Talvèra dévoile un monde foisonnant, mort ou vivant, réel ou imaginaire, qui a fait la vie des femmes et des hommes du pays. Avec quelques voyages au Portugal ou au Brésil… 
Cette année, la Talvera souffle ses quarantes bougies, et marque le coup avec une série d’événements, généreux, entre concerts et colloque. 
Côté parutions, comme à l’accoutumée : une mine d’or, et autant de portes d’entrée sur ce monde qui nous entoure. Sur ce que nous transportons, inconsciemment, inscrit dans les tréfonds de nos mémoires. Car si la culture est un pont, elle nous embarque, derechef et sans même nous en apercevoir, entre hier et demain. 

La còla del CIRDÒC.

www.talvera.org

Crédit photo : Dominique Delpoux

Laissez votre commentaire

<