X

30

Sep

Histoire de l'Occitanie - Philippe Martel

Publié le 30 September par CIRDOC proposé(e) par CIRDOC
Une chronique mensuelle pour (re)découvrir la création occitane sous toutes ses formes. Portraits d'artistes, de penseurs ou d'artisans, annonce d'une actualité, présentation d'un courant, d'une pratique ou d'une tendance, le CIRDÒC vous présente sa chronique pour faire rayonner, aujourd'hui et demain, la culture en occitan.

Ecrire une histoire de l’Occitanie, non pas la région administrative, mais la grande Occitanie, qui court de Nice à Bordeaux en passant par l’Espagne et l’Italie, n’est pas une mince affaire. « Il est relativement facile d’identifier une Bretagne ou une Alsace et d’en écrire l’histoire : tout le monde en France sait en gros où ça se trouve. Mais l’Occitanie ? » interroge l’historien Philippe Martel dans sa toute récente Histoire de l’Occitanie, publiée aux éditions Yoran Embanner.
Mais la tâche est d’autant plus difficile qu’en France, nous connaissons surtout les récits historiques construits à l’aune des nations ou des Etats. Plus rares sont ceux qui se dévoilent à travers un lien culturel et une langue refusés des cartes nationales...
Car, l’espace occitan se conçoit aujourd’hui d’abord par l’usage d’une langue vernaculaire, l’occitan, dont la naissance remonterait au Ve siècle. « Ce pays dont nous allons raconter l’histoire n’est pas ce Midi, ou ce Sud. Sa définition n’est pas topographique, mais linguistique. » Mais, ce que cherche ici l’historien spécialiste de l’espace occitan, ce en quoi son entreprise est toute particulièrement salutaire et novatrice, c’est bien d’éviter de « fabriquer un discours sur l’histoire occitane calqué sur le modèle des histoires nationales ordinaires, avec ses héros et ses martyrs, ses "lieux de mémoire", son tempérament national immuable de siècle en siècle, ses ennemis héréditaires, ses grandes dates, ses grands moments et ses moments de douleur. »
Ainsi, dans une forme à la fois claire et précise, en français dans le texte, Philippe Martel remonte le temps, du néolithique à aujourd’hui, plus pour nourrir nos réflexions sur le devenir d’une culture que d’en sceller le destin, plus pour questionner ce que peut être l’Occitanie que pour l’épingler froidement sur une frise chronologique.
Car écrire cette Histoire de l’Occitanie, pour Philippe Martel, c’est d’abord une histoire d’exigence scientifique des plus vigilantes, mais non moins dénuée d’une belle passion. L’une et l’autre redevenues indissociables.

La còla del CIRDOC

La chronique sur le site de Olé ! Mag : ici !

Laissez votre commentaire

<