X

Pirenèus

Estil : Trad

Lenga : Bilingue Occitan-Français

Airal lingüistic : Gasconha, Lengadòc

Annada de parucion : 2013-10

Creator: Duo Matta-Rouch

Pirenèus es un album del duò Matta-Rouche suls instruments e las lengas pirenencs.

"Robert Matta et Pierre Rouch reviennent ! Sur CD, bien sûr… car on leur connaît de multiples activités qui les empêcheraient bien de s’enfuir ici ou là ! Une agréable présentation, un livret élégamment conçu par notre ami Alem Alquier : c’est bon signe, les deux compères musiciens ont soigné le flacon, l’ivresse risque d’être au rendez-vous… Un titre peut-être pas aussi vaste que la Méditerranée de Francis Lopez, mais qui semblerait s’en approcher, style musical à part bien sûr, avec ce Pirenèus … seule indication textuelle sur la couverture, avec bien sûr les noms de nos deux vedettes.
En attendant l’ivresse, on se questionne : ce nouvel album sera-t-il encore une brillante démonstration d’instruments rares, servis par des dosages étranges et inhabituels ? Puis on pose le CD sur la platine, on feuillette le livret et tout commence à s’éclaircir. Robert et Pierre se sont munis de leur canne de randonnée et effectuent divers zigzags en allant rendre visite à leurs amis : ils en ont beaucoup, un peu partout, bons musiciens de surcroît ! Même si on n’entend pas les bouchons péter et le vin couler, il émane de ce disque une ambiance chaleureuse, conviviale, et exigeante sur le plan musical. À chaque détour de ces plages pyrénéennes, un nouveau terroir, de nouveaux styles musicaux, de nouveaux timbres, de nouveaux coéquipiers. Le duo Matta-Rouch est d’ailleurs presque un trio ici : un troisième larron est venu se joindre presque à chaque plage, le percussionniste Jonas Gimeno, qui semble piocher dans un monumental attirail digne d’un brocanteur pour en extraire tel ou tel nouveau tambour, adapté au contexte comme il se doit. Convivialité ne signifie pas bonne franquette : l’ivresse que Pirenèus procure risque de ressembler à celle d’un grand cru. Chaque morceau, marqué par un terroir, ses instruments, son climat, fait l’objet d’un important travail de studio, au service d’un arrangement soigné. Nous sommes loin du premier CD de nos deux bufaires qui cherchaient avant tout à mettre en valeur les timbres isolés et magnifiés des instruments qu’ils fabriquent : ils sont ici mêlés à la basse et à l’accordéon, qui partagent avec la guitare ou le mandoloncelle le support harmonique qui transforme notoirement le son Matta-Rouch du premier album pour proposer une musique probablement attractive à un plus grand nombre, mais qui ne sombre pas pour autant dans la variété ou la facilité. On découvre toutes sortes de timbres inédits, même si leurs divers noms étaient déjà plus ou moins connus : pour le Pays Basque, voici l’alboka, le txanbela, la xirula et le txistu ; pour l’Aragon, la gaita de boto et la trompa ; pour le Béarn et la Bigorre, la samponha chère à Jacques Baudoin, la flûte à une main et le tambour à cordes et le clarin ; pour le val d’Aran, le bot ; pour le Couserans, l’aboès ; et enfin pour les régions catalanes le grall, le flaviol ou le bot de gemecs… pour ne citer que ceux-là, car ce n’est pas tout à fait tout ! Les sons, d’ailleurs, peuvent se mélanger d’un pays à l’autre, et même d’une époque à l’autre avec la visite inopinée de la cornemuse de Puivert, instrument médiéval reconstitué d’après une sculpture de son château. Bien sûr, c’est loin d’être pédagogique : il est parfois difficile de se faire une idée claire et précise de tel ou tel instrument, plutôt traité comme composante d’un tout sonore. Les amis instrumentistes cèdent également la place aux chanteurs : on les entend en duo ou en solo dans une dizaine des vingt et une pièces qui composent l’album. On retrouve avec plaisir Rosina de Pèira dans Les dos Filhets del Rei, la jota de Pilar Montorio fleure bon l’Aragon, les polyphonistes du Centre Pyrénées offrent leurs voix puissantes et chaleureuses… On l’a deviné : ce n’est pas de l’unité stylistique que l’on trouvera ici, mais un album photo des plus beaux coins où l’on aime se rendre entre les deux mers, en compagnie des amis dont on goûte la chaleur et les qualités musicales. C’est presque toujours réussi, parfois d’une « authenticité » aux racines un peu trop acides (telle cette chanson du Val d’Aran et sa chanteuse au timbre et à la justesse… disons… intéressants), parfois réservant la surprise de voir déboucher tous les copains d’une joyeuse fanfare, cédant à un autre moment la parole à un conteur du Comminges… mais ne dévoilons pas tous les secrets. Pirenèus est un recueil de paysages, de senteurs et de couleurs, et avant tout une très une belle réussite qui conforte l’idée qu’on avait de ces deux fameux musiciens, tant comme instrumentistes que comme éléments fédérateurs. Matta et Rouch, loin d’être dépassés par la disparité des sons, des terroirs et des personnes, tiennent fermement les rênes et marquent le tout de leur empreinte, discrète et respectueuse de ceux qu’ils visitent."
- Jean-Christophe Maillard, revue Pastel, décembre 2013

Daissatz un comentari

<